Paul François 

Son parcours 

De 1999 à 2004, participation à divers stages de fonderie bronze au Centre d'art contemporain du Luxembourg Belge (fonderie au sable Freddy Baggen), à l'Académie d'été Libramont (cire perdue traditionnelle africaine Issa Ouetraogo), à Pyrallys Braine-le-Comte (cire perdue Philippe Janssens), création bijoux argent (Tessa Poldervaart), atelier céramique de Nadine Van Hee. 

Depuis 2008 : Participation à diverses expositions d'ensemble à Habay-la-Neuve, à Stabulart et Art en Gaume à Etalle, à "La rue et toi" à Ruette et à Arpenteur à Bouillon. 

Depuis 2009 : Animation dans son atelier de stages annuels de fonderie du CACLB

Démonstrations de fonderie aux fêtes de juillet à Rachecourt, Torgny et Tontelange. 

De 2009 à 2014 : Participation aux "Week-ends chez l'artisan d'art" 

Depuis 2014, bronzier du groupe Treviri de reconstitution historique sur le site gallo-romain de Mageroy-Habay (Arc'Hab, asbl). 

Depuis 2002, diverses créations pour des particuliers, communes et fabriques d'église : 

- le "Fendeur d'ardoises" et le "Livre aux oiseaux" pour la Commune de Martelange;

- la "Petite guitariste" et le "Trophée Vlicia" pour la Commune de Habay;

- "Saint-Roch" et "Saint Maximin" pour les Fabriques d'église de Habay-la-Neuve et Rulles.  

 

Sa technique

Sculpteur animalier, Paul François aime représenter les animaux dans le taille réelle. La matière utilisée pour ses sculptures réalisées le long de la balade du chemin des côtes à Rulles est l'aluminium patiné de couleur brun à brun-noir. Cette matière est l'élément le plus abondant sur la terre, loin devant le fer, le silicium et tous les autres. L'aluminium est économique car il le refond de vieux châssis de fenêtres, canettes de bière, etc. la température de fusion est de 680° contre 1080° pour le bronze. L'aluminium coule mieux que le bronze et a une résistance mécanique assez proche. 

Chaque animal possède un système de fixation discret permettant l'accrochage à la végétation existante : 

- l'écureuil : vissage au travers d'une branche à hauteur 1.20m

- la hulotte : vissage du "masque" sur arbre mort

- la chauve-souris : suspensions rigide ou semi-rigide sous une branche afin d'éviter que l'objet soit malmené par grand vent

- le pic noir : vissage sur arbre mort 

- martin-pêcheur : vissage sur branche morte surplombant l'eau à faible hauteur

- cincle plongeur : vissage sur pierre naturelle dépassant le niveau d'eau

- hérisson avec petit : 2 longues vis sous chaque animal sont prises dans un béton disparaissant sous la végétation

 

Approche artistique 

L'approche de l'artiste est celle du promeneur-visiteur de la nature, toujours surpris et admiratif des attitudes et des comportements naturels des oiseaux et petites ou grands animaux. l'artiste aime observer la faune sauvage à distance plutôt rapprochée mais suffisamment éloignée pour ne pas toucher la quiétude de l'endroit. C'est pour cela qu'il propose l'échelle 1/1 et la représentation des animaux dans leurs attitudes habituelles c'est-à-dire active et naturelle. Il semble qu'ainsi, le côté didactique de son approche est en adéquation avec le caractère familial de cette très belle promenade. 

 

Dessin préparatoire pour projet d'intégration oeuvres d'art le long de la balade à Rulles

(c) Paul François