Entretenir le petit patrimoine. S'approprier le territoire? 

Ce projet est financé par la Région Wallonne et les Fonds Européens Feader.

Il se déroulera d'août 2016 à décembre 2021

Le "petit patrimoine", qu'est-ce que c'est? 

On dira du petit patrimoine qu'il est modeste, par opposition au patrimoine dit "monumental".

Pourtant, ces éléments plus petits sont très présents dans notre environnement: ils servent de repères, agrémentent notre cadre de vie, rappellent un événement local marquant...

Bref, ils sont chargés d'histoire(s).

 

Et pour tout cela, ils méritent d'être connus et reconnus, entretenus et valorisés. À la demande d'un groupement de citoyens, le Gal Haute-Sûre Forêt d'Anlier mène donc actuellement le projet "Entretenir le (petit) patrimoine. S'approprier le territoire?" dont les objectifs sont les suivants: 

Connaître

Sillonner le territoire carte à la main,  à la recherche des éléments visibles depuis la voie publique; 


Constituer un inventaire commun à tout le territoire du Parc; 

 

Documenter les éléments en recherchant dans les sources écrites, les archives, les témoignages... 
 

Valoriser 

A travers un inventaire en ligne 


Lors d'événements (ex: Journées du patrimoine, chantier-ouvert...),

 
Auprès des classes partenaires, en développant un  outil pédagogique adapté au patrimoine présent dans chaque village, 


A travers des formations théoriques ("Photographier le paysage et le patrimoine"; "Ces gestes qui sauvent le patrimoine"...) 

A travers des actions participatives, tel que notre concours photos

Entretenir et restaurer

Soit en faisant appel à une entreprise


Soit en aidant les communes/particuliers dans la création de leur dossiers de candidature afin d'obtenir des subsides ou de répondre à des appels à projets régionaux; 


Soit lors de formations pratiques (ex: Monument aux Morts de Sainlez), durant lesquelles les citoyens et professionnels apprennent les techniques spécifiques à des matériaux. 

Comme le petit patrimoine est reconnu en Région wallonne, les travaux de maintenance, d'entretien et de restauration sur un des éléments repris dans une catégorie de la liste peuvent faire l'objet d'un subside.

Entretenir, maintenir, restaurer, rénover...  

Tout ce vocabulaire tend vers un objectif: conserver un bien patrimonial. Mais en fonction du terme que vous utiliserez, vous indiquerez en fait le degré d'intervention sur cet élément: 

Entretenir, c'est effectuer des interventions régulièrement. Ces interventions sont assez légères et ne modifient pas l'aspect du bien. 

Par exemple: le dégagement des gouttières, avant l'hiver ou encore le traitement des éléments de menuiserie.

Maintenir, ce sont des travaux, provisoire ou définitifs, qui s'effectuent quand le bien est déjà dégradé, sans compromettre une restauration future. 

Par exemple: remplacer des chéneaux ou des tuyaux de descente abîmés, consolider un mur, placer une protection temporaire en toiture (après une tempête)...

Restaurer, ce sont des travaux qui ont pour but de conserver les valeurs esthétiques et historiques du bien. Ces travaux se font dans le respect de l'ancien, tant au niveau du matériaux que de la technique utilisée. Une Charte explique "la restauration s'arrête là où commence l'hypothèse" (Charte de Venise, 1964)... ceci afin d'éviter de créer un "faux historique". 

Par exemple: déposer les ardoises, vérifier le voligeage, poser de nouvelles ardoises d'un bien; en respectant la nature, le format, la couleur, l'épaisseur des ardoises initiales.

Rénover, c'est "remettre à neuf": on efface tout et on recommence! Cela a certes des avantages (portant généralement sur l'esthétique), mais implique également de "perdre" le caractère historique du bien: que ce soit dans ses matériaux, leur mise en oeuvre ou dans l'aspect final du bien. Si vous optez pour une rénovation d'un bâtiment, attention à certaines "incompatibilités" entre les matériaux anciens et actuels (par exemple: le mortier de chaux et le mortier de ciment).  

© 2020 par Parc naturel Haute-Sûre Forêt d'Anlier. Créé avec Wix.com