Le site du Parc naturel

Installation de nichoirs (cincle, hirondelles)

Les hirondelles (intégralement protégées) sont en déclin un peu partout en Wallonie. Au niveau du Parc naturel, plusieurs colonies ont été recensées lors des opérations « Devine combien d'hirondelles sont nos voisines » et des suivis réguliers par les observateurs Aves/Natagora. Toutefois, celles-ci restent menacées à moyen terme de régression et d'isolement. La destruction volontaire (et illégale) des nids construits sur les habitations serait une cause de ce déclin, au même titre que la disparition des milieux boueux où les oiseaux se fournissent en matériaux pour la construction des nids.

Pour protéger les colonies existantes, des planchettes « anti-fientes » ont été installées sous les nids naturels au niveau de deux colonies connues (Foy et Neffe). D'autre part, pour renforcer certaines colonies, 25 nids doubles artificiels (soit un potentiel d'accueil de 50 couples d'hirondelles de fenêtre supplémentaires) ont été installés sur 10 bâtiments privés (habitants du Parc naturel, dont 3 écoles) situés dans un rayon de 300 mètres autour de sites de nidification avérés (l'une des conditions à respecter pour que les nichoirs artificiels soient utilisés).

Des nichoirs à cincle plongeur ont également été installés sous les ponts de certains cours d'eau du Parc naturel. En effet, ce petit oiseau, qui ressemble à un merle brun et blanc, apprécie les vieux ponts en pierre un peu délabrés où il trouve des cavités pour y construire son nid. Ce type de pont a pratiquement disparu pour se faire remplacer par des ponts plus modernes, aux parois lisses, sans cavités. Des nichoirs en forme de boites aux lettres ont été installés sous de nombreux ponts de ce type afin de permettre à cet oiseau de se reproduire.

Wallonie-Bruxelles Tourisme Tourisme Wallonie Wallonie Wallonie Europe
L'Europe investit dans les zones rurales
Development & Web design by defimedia , powered by AToms